Showing posts with label Martine Soussotte. Show all posts
Showing posts with label Martine Soussotte. Show all posts

Wednesday, June 14, 2017

Un plaisir tout petit au sein d'une réalité personnelle grise

Quant à ma réalité personnelle grise, je constate hélas, depuis ce matin, que je ne pourrai plus compter jusqu'à nouvel ordre, dans mon existence gamonaise, sur l'apport de mes enfants. C'est ça la vie. Je ne peux rien changer.

Le plaisir minuscule dont je parle concerne mes travaux d'historien dans le Royans. Mon amie Martine m'a dit hier qu'une dame de Choranche que je ne crois pas connaître personnellement aurait dit du bien sur ma petite "réputation" d'historien local.

Saturday, May 6, 2017

Abnégation et amour d'autrui

C'est l'histoire d'une sculptrice qui signe ses œuvres en deux syllabes : Souco. Je la connais un peu, mais je n'ai jamais eu l'occasion d'admirer ses travaux de sculpture. D'autres travaux, oui.

C'était seulement hier que j'ai appris son existence d'artiste, tout à fait par hasard. Le nom d'un lieu près de Tain l'Hermitage est apparu dans la conversation. Larnage. Là encore, je n'avais qu'une connaissance infime de cette commune drômoise d'un millier d'habitants, où je n'ai jamais posé le pied. D'ailleurs, il ne s'agit pas, à ce que je sache, d'un haut lieu touristique.


Les collines blanches de Larnage produisent
de célèbres Côtes du Rhône.


Il y a des ruines d'un château.


Puis il y a les argiles de kaolin
qu'apprécie la sculptrice Souco.


Comment aurais-je fait la connaissance de Souco ?
C'est très simple. C'est mon ange gardien.
Pour beaucoup : une sainte femme.
Hier après-midi, elle a même été en retard
pour sa séance hebdomadaire de modelage...
car elle faisait, pour moi, l'aller-retour à Romans.

Pourquoi ces deux syllabes ?
Son nom de famille est Soussotte.
Et son prénom est Colette.
Pour moi, elle est Martine.